Avez-vous déjà fait l'erreur de consommer des produits allégés ?

Nous allons aborder un sujet très méconnu du grand public, j’ai nommé les dangers des produits allégés.

Nous en avons toutes et tous déjà consommé pour des raisons différentes. Certains par inadvertance, il est vrai que ces produits se sont démultipliés dans nos rayons de supermarché ces dernières années.

D’autre, comme vous peut-être, pensent qu’un apport moindre en calorie va les aider à perdre plus rapidement du poids. Cette idée en tête il est logique de se tourner vers ce type d’aliments afin de limiter le total calorique à la fin de la journée. Malheureusement, aussi bien intentionnée soit-elle, cette façon de faire est bien loin d’être optimale pour notre perte de poids ainsi que pour notre santé. En effet les aspects négatifs d’une telle consommation sont très présents et il ne faut surtout pas les sous-estimer.

Aujourd’hui, nous nous concentrerons sur les produits 0% en tous genres, leurs avantages, leurs inconvénients pour essayer de déterminer si oui ou non, il est avantageux d’en consommer au quotidien.

Produits allégés et minceur, le paradoxe.

À titre d’exemple, en France, 70% de la population déclare faire attention à son poids afin d’en perdre ou du moins de ne pas en gagner. Les produits allégés sont, pour un grand nombre de ces personnes, une aide afin de faciliter cet objectif.

Actuellement le pourcentage de la population en situation de surpoids est en constante augmentation alors que le chiffre d’affaires du marché des produits allégés et de la minceur ne cesse de croître d’année en année. En effet depuis une petite décennie, bon nombre de ces produits ont fleuri dans les rayons de nos supermarchés (céréales, yaourts, boissons…).

Cependant d’après une étude dirigée par les hôpitaux universitaires de Genève une forte consommation de produits allégés augmenterait les risques de surpoids et d’obésité.

Cette méta-analyse à synthétisée 30 différentes études réalisées sur 245 000 enfants et adultes du monde entier sur une période de 10 ans. Les chercheurs ont en conclus que la prise d’aliments édulcorés (allégés) favorisait l’augmentation de la corpulence et de la masse grasse, il en est de même pour les jus de fruits ainsi que les eaux aromatisées. Une seconde étude française a mis en évidence le lien entre ces produits et le développement du diabète de type 2.

Les raisons de ces phénomènes sont plutôt simples. Les faux sucres, même s’ils ne sont pas caloriques, entraînent les mêmes réactions de l’organisme après ingestion que le sucre classique.

Le corps se trouve dans une situation complexe, d’un côté il a la sensation d’avoir un apport en sucre mais de l’autre il ne trouve aucune calorie à se mettre sous la dent. Ne sachant pas comment remédier à ce problème il va commander de la nourriture supplémentaire en augmentant la sensation de faim, pire encore sa demande va s’orienter vers les produits les plus gras ou les plus sucrés possibles afin de compenser son manque de calorie.

Ce n’est qu’une hypothèse, mais les chercheurs pensent que les consommateurs réguliers de produits allégés secréteraient moins d’hormones responsables de la satiété, ce qui déréglerait à terme le contrôle de la glycémie.

Mais, qu'est ce qu'un produit allégé ?

Un produit est considéré comme allégé lorsqu’il contient soit 30% de matière grasse en moins soit 30% de sucres en moins ou bien 30% de calories en moins, cette flexibilité laisse donc aux industriels une grande liberté pour composer leurs produits lights.

Il faut bien garder à l’esprit qu’il n’existe aucune entité juridique ayant pour mission de contrôler les produits pour s’assurer qu’ils respectent les lois. Les entreprises peuvent donc apposer un light ou allégé sur leur produit sans crainte même si celui-ci n’est pas en règle.

D’ailleurs, en accord avec la législation européenne, les glucides lents (sucres complexes) ne sont pas considérés comme des sucres, de ce fait les industries alimentaires peuvent rajouter une bonne quantité de sucres complexes (comme de l’amidon) et insister sur le fait que leurs produits ne contiennent pas de sucres ajoutés.

L'appât des calories.

Les industriels se servent d’un appât très simple pour vous pousser à acheter ces produits lights. En effet, pour quelqu’un tentant de ne pas prendre de poids, la simple évocation d’un produit similaire à l’original mais avec un tiers de calories en moins fait tout de suite envie.

Limiter au maximum son apport de calories lorsque l’on veut perdre du poids est une notion qui est très ancrée dans la croyance populaire. Les vendeurs s’en servent énormément, il n’y a qu’à voir les emballages pour se rendre compte que ce genre d’information est toujours mise en avant.

Il faut prendre garde à ne pas se laisser influencer par ce genre de méthode, les couleurs criardes entourant des pourcentages ne sont pas un gage de qualité. La seule utilité de mettre de gros chiffres en avant sur les emballages est d’attirer l’attention rien de plus.

Nous avons toutes et tous entendu mille et une fois que pour perdre du poids, il fallait compter chacun de nos aliments pour avoir un total calorique en fin de journée le plus bas possible. Malheureusement, même si les calories jouent leur rôle dans une prise de poids, elles sont loin d’être le seul paramètre. En voulant bien faire, la personne achetant ces aliments se met finalement des bâtons dans les roues.

Dans une optique de maigrir en restant en bonne santé, le fait de limiter au maximum sa consommation de calories est une attitude à bannir aujourd’hui et à jamais. Cette marche à suivre ainsi que cette façon de vous représenter la nourriture ne vous apportera que des problèmes de santé. À trop vouloir bien faire, vous vous retrouvez dans une situation pire encore que si vous n’aviez rien modifié à votre alimentation.

Au final, les produits allégés sont-ils réellement moins chargés en calories ?

Comme je vous le disais, pour fabriquer un produit allégé, il faut que ce produit comporte 30% de sucre, de matière grasse ou de calories en moins.

Ce système est très pervers puisque si vous voulez passer un aliment classique en aliment allégé, vous avez le choix de diminuer l’un de ces trois paramètres, ce qui nous amène a un problème de taille.

Admettons que je veuille fabriquer un yaourt allégé, dans cette optique je choisis de diminuer de 30% la matière grasse. À la suite de cela rien ne m’empêche de doubler ou de tripler la dose de sucre classique afin d’avoir un produit plus semblable à l’original en texture et en goût.

Je me retrouve donc avec un produit allégé mais qui possède probablement le double de calorie que le produit de base, ce n’est évidemment pas le cas de tous les produits lights mais cela existe.

Cependant dans la majorité des cas, pour remplacer les aliments que l’on soustrait des produits, on y ajoute toutes sortes d’additifs alimentaires, c’est précisément ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

Par quoi sont remplacés le sucre et la matière grasse ?

Lorsqu’une marque réalise une version “light” d’un aliment, elle a pour but d’imiter son produit original le plus possible mais le problème est que si l’on supprime des ingrédients du produit initial, ses caractéristiques changerons également (saveur, goût, texture …). On arrive donc sur le point le plus intéressant, quels sont les produits utilisés pour garder un aliment similaire à l’original ? Ces produits nous les connaissons tous, il s’agit des :

  • E1 : Colorants
  • E2 : Conservateurs
  • E3 : Antioxydants
  • E4 : Épaississants et Stabilisants
  • E5 : Anti-agglomérants
  • E6 : Exhausteurs de goût
  • E9 : Cire, Gaz de propulsion et Édulcorants

En effet vous pouvez lire sur les étiquettes de vos produits s’ils en contiennent ou non et savoir précisément de quel additif il s’agit. Certains additifs sont autorisés sur le marché et sont pourtant classés comme dangereux pour la santé, je vous laisse vérifier ces dires par vous-même.

Prenez un produit présent chez vous et repérez sur son étiquette s’il contient des additifs, ils sont écrits en toutes lettres ou bien par les diminutifs juste au-dessus. Puis lorsque vous en avez deux ou trois différents, rendez-vous sur le site https://www.les-additifs-alimentaires.com, sur lequel vous pourrez comprendre quel est l’origine de cet additif, ses impacts sur la santé,…

Certains additifs ont des conséquences plutôt importantes sur notre santé (infertilité, problème rénaux, risques de cancer, pathologies hépatique, hyperactivité, substances allergènes). Tous n’ont pas d’effets secondaires lorsqu’ils sont utilisés raisonnablement mais il reste intéressant de savoir si nous consommons des produits nocifs au quotidien, pour cela je vous invite encore une fois à vous renseigner sur le site mentionné juste au-dessus.

Par exemple le sucre va être remplacé par des édulcorants du type : aspartame, saccharine, acésulfame-K, sucralose,… Pour essayer de retrouver un goût similaire dans l’aliment final.

Le gras est un peu plus complexe à remplacer car il donne de la texture au produit, il faudra donc combiner plusieurs additifs comme des épaississants, gélifiants ainsi que des exhausteurs de goût car le gras est naturellement un exhausteur.

Dans les produits allégés en sucres il faudra la plupart du temps rajouter des conservateurs car sans le sucre le temps de conservation est beaucoup plus court, mais aussi des exhausteurs de goût car le sucre est également un exhausteur.

Nous n’allons pas voir tous les exemples mais je pense que vous avez saisi l’idée et comment cela fonctionne. Si vous supprimer un seul ingrédient d’un aliment, il vous faudra par la suite faire un assemblage de produits additifs afin de reproduire le plus fidèlement possible le produit de base afin que les consommateurs puissent retrouver des caractéristiques similaires.

Je vous laisse imaginer les additifs nécessaires afin de produire un aliment 0 calorie mangeable et similaire à celui classiquement vendu.

Par quoi sont remplacés le sucre et la matière grasse ?

Il faut savoir que les additifs alimentaires sont considérés comme des ingrédients vide (ou creux), c’est-à-dire qu’ils ne comportent aucun apport que ce soit en vitamines, minéraux, … En partant de ce principe il est logique que les produits allégés soit donc moins avantageux nutritionnellement parlant.

Si nous prenons l’exemple des produits allégés en matière grasse, nous pouvons rapidement nous rendre compte de la perte de différentes vitamines présentes dans celle-ci. C’est le cas des vitamines A,D,E et K présentes dans le gras saturé ou encore des oméga 3 ou 6 présents dans le gras insaturé.

Peut-on tout de même perdre du poids grâce aux produits lights ?

Et bien, la réponse, en plus de tout ce que l’on vient d’apprendre sur les risques, est plutôt du côté du non.

En effet une étude de l’université de Purdue (Etats-Unis) menée sur des rats à démontré que les édulcorants n’étaient pas des alliés de confiance lors d’une perte de poids. Dans cette étude les chercheurs donnaient à trois groupes de rats du yaourt soit sucré avec un édulcorant (saccharine), soit avec du sucre similaire à celui de table classique (glucose) soit un yaourt nature pour le dernier groupe juste avant leur repas.

Les résultats sont très intéressants puisque les rats ayant mangé le yaourt à la saccharine avaient tendance à manger en plus grande quantité et plus longtemps.

D’après les chercheurs ceci est dû au fait que la sensation de sucré préparerait le corps à emmagasiner une grosse quantité de calories, mais ces calories étant inexistantes (grâce à la saccharine) il va tenter de compenser cette sensation en demandant une plus grosse quantité de nutriments par la suite.

D’ailleurs pour les humains, il y a un deuxième facteur qui pousse à la consommation : Les produits lights sont déculpabilisants, les consommateurs vont donc en ingérer jusqu’à 50% de plus que la dose habituelle.

Une étude de l’American Cancer Society qui a duré 6 ans sur un échantillon de 80 000 femmes a démontré que celles qui ont pris le plus de poids durant cette période étaient celles qui consommaient le plus d’édulcorants.

En conclusion

L’alimentation “light” ne peut pas être considérée comme diététique mêmes si elle permet sur le court terme de diminuer l’ingestion de calories. Elle ne peut pas non plus être la base d’une alimentaire saine.

Il veut mieux privilégier des produits qui ont été le moins transformé possible et ayant gardé la plupart de leurs nutriments, ces produits “naturels” ne vous exposent pas à des risques de santé. De plus les édulcorants, malgré le fait qu’ils ne soient pas du sucre, contribuent à entretenir la dépendance au sucre ainsi que la convoitise des produits sucrés.

Sur le long terme il est indispensable, pour s’assurer une perte de poids optimal et en bonne santé, de supprimer de son alimentation ces produits allégés. Même si cette consommation partait d’une bonne intention, cela n’est pas la bonne solution.

Vous êtes seul responsable de votre santé, alors soyez responsable ! 😉

Si vous pensez que cet article peut aider un ami, n’hésitez pas a partager !

Partager sur facebook
Facebook 0
Partager sur twitter
Twitter
×
×

Panier

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer