Viande : Prise de poids ou bon plan minceur ?

Aujourd’hui et plus que jamais, la question de la consommation de viande par l’Homme ne cesse de se poser. Bien qu’elle paraisse très globale, elle concerne chaque individu, vous comme moi.

Malheureusement, si vous désirez vous renseigner sur ce sujet, vous vous retrouverez face à une montagne d’informations allant dans tous les sens. Pour vous, impossible d’identifier si votre prise de poids peut s’expliquer par cet aliment ou non.

Si vous avez l’habitude des régimes alors vous en avez sûrement déjà essayé certains hyper-protéinés faisant la promotion de la consommation de viande, et d’autres ayant choisi de bannir cet aliment le considérant comme contre-productif.

Dans cet article, nous allons essayer de peser le pour et le contre afin d’y voir un peu plus clair. À la suite de celui-ci, vous aurez toutes les informations nécessaires pour faire votre propre choix intelligemment.

Consommation de viande et surpoids, corrélation ?

Comme je le disais plus tôt la consommation de viande est fortement conseillée dans certains régimes, mais totalement bannie dans d’autres. Entre ces deux extrêmes où se trouve réellement la vérité, grossissons-nous vraiment en mangeant de la viande ?

Les régimes alimentaires incluant cet aliment prétendent que les protéines présentes dans la chair permettent de se rassasier plus rapidement, et donc de manger moins. De l’autre côté, on prétend que la graisse présente dans la viande ferait grossir et qu’il ne faut donc pas en consommer. Difficile d’y voir clair dans ces informations, voyons ce qu’il se dit du côté de la science.

Pour essayer de départager tout ce petit monde, une étude de très grande envergure à été mise en place au sein de l’Europe sous le nom de “l’European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition” (EPIC).

Cette étude européenne a étudié les habitudes de vie des habitants de façon globale comme par exemple la consommation d’alcool ou de cigarette, l’activité physique, l’obésité, l’alimentation,… Mais une partie de l’étude, menée par “l’impérial Collège London” et dirigée par le docteur Anne-Claire Vergnaud s’intéressait plus précisément au lien entre la consommation de viande et la prise de poids.

Viande : Bon plan minceur ou prise de poids ?

L’étude s’est penchée sur 103.455 hommes et 270.348 femmes entre 20 et 70 ans sur la période 1992 à 2000. Tout ceci dans 10 pays européens différents (Danemark, France, Allemagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède et Royaume-Uni). La taille de la recherche était très importante car il était indispensable de s’intéresser aux différentes habitudes alimentaires, chaque pays ayant des consommations différentes.

Le résultat de cette étude n’est pas très surprenant, la population consomme en moyenne trop de matière carnée. Dans les pays industrialisés cette consommation est en moyenne de 76.1 kilos par an et par personne, soit près de 210 grammes par jour. À l’échelle mondiale, la consommation est de 42.9 kilos, soit 120 grammes par jour.

L’étude nous révèle que les personnes consommant plus ou moins 250g de viande par jour prendront en moyenne 2 kilos de graisse sur 5 ans. Cela vous semble peu ? Si vous faites le calcul sur 25 ans, vous vous rendrez compte que les adeptes de cette alimentation prendront en moyenne 10 kilos. Et ceci en ne comptant qu’un seul et unique aliment : la viande.

Il est tout de même nécessaire de considérer ce résultat en prenant un peu de recul, en effet ces moyennes sont calculées en fonction des dires de chaque individu. Il est donc complexe d’obtenir un résultat fiable à 100%, mais cela nous donne une bonne idée de l’état des lieux.

L’excès de viande est également responsable de l’accumulation du mauvais cholestérol et peut donc être à l’origine d’accidents cardio-vasculaires. 

La qualité de la viande en déclin.

Ces dernières dizaines d’années la qualité de la viande a été grandement revue à la baisse. La réglementation encadrant la production ayant beaucoup traîné à se mettre en place dans ce domaine.

Aujourd’hui cette qualité est devenue plus que médiocre pour la majeure partie des productions, en effet la recherche excessive de rentabilité de la part des industriels a fortement contribué à cette chute.

Dans un premier temps, étant donné le nombre d’animaux à nourrir pour satisfaire la demande, il est devenue impossible de nourrir toutes ces bêtes avec leur nourriture de prédilection (les vaches par exemple ne mangent plus d’herbe ni de foin car il n’y a plus assez de place pour les laisser paître dans les champs, c’est encore le cas en France mais cela a tendance à diminuer progressivement au fil des années).

Aujourd’hui, les animaux d’élevage sont nourris principalement d’un mélange de soja, maïs et colza. Il n’y a encore pas si longtemps, ils étaient nourris de farines animales, ce qui a engendré les deux crises de la vache folle en 1996 et 2000. Les carcasses et les bêtes malades étant recyclées pour nourrir leurs congénères. Les farines animales ont fait leur grand retour ces derniers temps, mais cette fois-ci, il est interdit de nourrir une espèce animale avec de la farine provenant de la même espèce afin d’éviter les risques de contamination.

Par la suite, les animaux étant nourris avec des produits de mauvaise qualité et souvent maltraités ils développent toutes sortes de maladies qu’il va falloir soigner. De ce fait, en plus de leur alimentation, ils vont être mis sous antibiotiques pour prévenir ces risques de maladies. Des résidus de ces antibiotiques vont donc finir dans nos assiettes.

Les bons nutriments naturellement présents dans la viande se raréfies, dans certains plats préparés la viande est bien souvent remplacée par du “minerai” (broyat de muscles et de tissus graisseux pauvres/dépourvus de nutriments).

Cette viande de mauvaise qualité n’est ni un allié de votre poids ni de votre santé, il est donc plus que conseillé d’en limiter la consommation. Fort heureusement certains éleveurs ont gardé une production artisanale, et fournissent une viande bien plus chère mais de bien meilleure qualité. Une viande que l’on retrouve principalement dans les boucheries ou directement en contactant ces éleveurs.

Les bienfaits de la viande.

Si l’on met de côté la mauvaise viande généralement trouvée en grande surface, une consommation intelligente de matière carnée de bonne qualité peut avoir des bénéfices à bien des égards sur notre santé.

La viande est riche en vitamines et en minéraux, évidemment en fonctions de l’animal consommé les nutriments ingérés seront différents.

Qu’elle soit blanche ou rouge la viande est riche en vitamines du groupe B, principalement en B3/B6/B12 mais également des vitamines B1/B2/B5 en plus petites quantités. Ces vitamines du groupe B ont d’innombrables utilités comme la conservation d’un système nerveux efficaces, la production d’énergie, la production de globules rouges, la réparation des tissus ou encore la synthèse des protéines. Au niveau cérébrale, elles permettent également la synthèse de neuromédiateurs, permettant la communication entre les neurones.

Si vous désirez perdre du poids, il est plus avantageux de consommer de la viande blanche afin de limiter l’apport en calories, la viande blanche étant bien moins calorique que la viande rouge.

Certaines vitamines du groupe B (B12) ne sont présentes que dans des produits d’origine animale sans compter les compléments alimentaires.

La viande est également riche en minéraux comme le fer, le zinc, le cuivre, le phosphore ou le sélénium qui ont également beaucoup de rôles comme la formation des globules rouges, le transport de l’oxygène dans le sang, le maintien de la santé osseuse, le bon fonctionnement de la thyroïde, etc.

Les acides gras présents dans la viande permettent également un apport en vitamines A, D, E et K.

Apport intéressant de vitamines.

La consommation de viande est-elle toujours saine pour la santé ?

Comme vous vous en doutez déjà la viande a parfois (et même assez souvent aujourd’hui) un effet négatif sur notre santé, nous avons vu au-dessus que la majorité de la viande produite est de mauvaise qualité. Bien évidemment, votre santé est à l’image de votre alimentation, des produits de piètre qualité auront donc pour effet d’affaiblir votre corps. Consommer de la viande à bas prix de grande surface est donc plutôt malsain pour votre santé et donc pour votre poids.

La surconsommation de viande est également déconseillée, il est estimé que la population ingère 3 à 5 fois trop de matière carnée. Cela aurait été un problème moindre il y a 200 ans, mais aujourd’hui, au vu de la médiocre qualité de notre production, ce n’est plus envisageable. En effet à forte dose, la viande conduit à une multiplication des chances de voir apparaître de pathologies (accidents cardiaques, cancers,…) 

De plus pour certains morceaux, différentes méthodes sont utilisées comme le fumage, la salaison ou encore le séchage. Ces modes de conservation demandent un ajout de nitrites ou de conservateurs qui sont pour certains des substances cancérigène.

La cuisson de la viande va également avoir une importance, en effet plus longtemps la viande sera cuite, plus elle sera nocive pour l’organisme en augmentant son potentiel cancérigène ainsi que la perte des bons nutriments.

Qu'en est-il du poisson ?

Le poisson a plutôt une réputation d’aliment utile à notre santé, l’apport nutritionnel varie d’une espèce à l’autre ainsi qu’en fonction de l’âge des spécimens. Cependant, de manière générale l’apport nutritionnel du poisson est très intéressant. Il contient des lipides, des protéines, des vitamines et des minéraux en bonnes quantités.

Selon les études la consommation de poisson n’a pas d’impact significatif sur la prise ou perte de poids de manière directe.

Il existe deux grandes familles de poissons, d’un côté les poissons gras de l’autre les poissons maigres. Il est d’usage de considérer comme poissons maigres ceux emmagasinant des graisses seulement dans le foie, et de considérer comme poissons gras ceux stockant leurs lipides dans différents tissus réparties dans l’organisme. Ces deux catégories ont chacune leurs avantages, il est donc conseiller de consommer l’une et l’autre de façon égale.

Le poisson dans l'alimentation.

Les protéines du poisson sont d’une excellente qualité et ont une très haute valeur biologique, car ils renferment une grande partie des acides aminés nécessaires à notre bonne santé.

La quantité de vitamines et de minéraux est spécifique aux espèces consommées et varie quelque peu en fonction du régime alimentaire du poisson, de son âge, de ses périodes de famines (reproduction, migration,…). Mais nous savons qu’en général la chair de poisson est une bonne source de vitamines B. Dans le cas des poissons gras, les vitamines les plus présentes sont la vitamine A et D.

La vitamine E est présente également mais fluctue énormément en fonction du régime alimentaire de l’animal.

Les quantités sont plus ou moins comparable à celles des mammifères, cependant les vitamines A et D sont en quantités supérieures dans la chair de poisson gras. Du côté des minéraux, le poisson est habituellement une bonne source de calcium et de phosphore et en plus petite quantité de fer, cuivre et sélénium. Sans compter leur forte teneur en iode pour les poissons n’étant pas issus d’eaux douces.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il est préférable de consommer 2 à 3 fois du poisson par semaine. Tout en veillant à alterner entre les poissons gras et les maigres. Il ne faut cependant pas en abuser car le poisson contient une quantité de métaux lourds non-négligeable lorsque ingéré en grande quantité.

Viande et super-production.

En 30 ans la consommation de viande à l’échelle de l’humanité a plus que doublé, passant en 1983 de 145.3 millions de tonnes à 311.8 millions de tonnes en 2014. Cette augmentation est due à la demande toujours plus importante des pays développés ainsi que ceux en voix de développement.

Évidemment, les modes de productions ont été multipliés et optimisés afin de répondre à cette demande, cependant on ne peut pas produire une telle quantité de viande sans subir quelques répercussions sur la qualité du produit final.

Nous avons vu précédemment que la grande majorité de la viande disponible sur le marché était d’une très médiocre qualité (on parle tout de même de 94 à 97% de la viande produite). La faute à l’élevage intensif et industriel.

L’objectif étant de produire le plus possible, le plus vite possible et le moins cher possible, forcément ça va coincer quelque part. Ces méthodes de production se traduisent par une viande bien plus grasse qu’à l’accoutumé, une disparition des vitamines et des minéraux intéressants d’un point de vue nutritionnel.

Si vous prenez la décision de diminuer votre consommation de matière carnée (et même si vous ne la prenez pas), efforcez-vous au maximum de choisir de la viande de bonne qualité. Bien évidemment cette dernière sera sans doute plus cher qu’une viande classique de grande surface mais bien plus chargée en bon nutriments, ce qui au final reviendra plus ou moins au même du point de vue des vitamines et des minéraux.

Consommation de viande en tonnes.

Par quoi peut-on remplacer la viande ?

Aujourd’hui, il est fortement conseillé de diminuer sa consommation de viande et de privilégier la qualité à la quantité. Consommer 4 à 6 fois de la viande par semaine est largement suffisant pour en apprécier les bienfaits sans en subir les méfaits. L’OMS conseille de ne pas dépasser 500 grammes de viande rouge par semaine par exemple afin de limiter les risques liés à une surconsommation.

Si vous décidez de diminuer votre consommation de viande alors il faudra forcément compenser ce que les matières carnées vous apportaient. Cela demande de l’investissement au début et l’obligation de se renseigner sur d’autres façons de faire mais c’est tout à fait réalisable pour la totalité d’entre nous.

Hamburger sans viande.

Conclusion.

En bref, la viande n’est pas spécialement à elle seule un facteur de prise ou de perte de poids (ou du moins un facteur de faible mesure), elle peut bien évidemment le devenir en cas de consommation excessive. Il faut donc en consommer avec raison et essayer au maximum de trouver des producteurs de qualité afin de préserver les points positifs d’une consommation carnée.

La solution étant de garder un équilibre dans la composition de ses repas.

C’est une question qu’il faut donc personnellement prendre avec le plus grand sérieux. Des informations supplémentaires sont disponibles en dessous :

Vous êtes seul responsable de votre santé, alors soyez responsable ! 😉

N’oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter !

Si vous pensez que cet article peut aider un ami, n’hésitez pas a partager !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

Je veux mon ebook pour enfin laisser

derrière moi les régimes miracles.

Recevez les premières informations afin de commencer à changer votre vie.

Rentrez votre email ci-dessous et cliquez sur le bouton vert maintenant !

Votre email est collecté pour vous faire parvenir nos nouveaux articles et nos offres commerciales, dans le strict respect de la réglementation européenne sur la collecte des données. La politique de confidentialité est accessible depuis un lien situé en bas de cette page.

Comment perdre ses kilos en trop et ne plus 

se faire avoir par les régimes miracles :

Ebook gratuit :

Recevez par email votre ebook pour faire le premier pas 

vers votre perte de poids, dès maintenant.

Je télécharge l’ebook gratuitement et

commence tout de suite à perdre

mes kilos en trop.

Je reste avec mon poids actuel.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer